Tereos se prépare à ouvrir son capital

François Leroux et Alexis Duval, respectivement président du conseil de surveillance et président du directoire

Par Anne Gilet - Publié le 12/06/2018

 

À l’occasion d’un point presse, le 12 juin à Paris, François Leroux et Alexis Duval, respectivement président du conseil de surveillance et président du directoire ont présenté les résultats de l’exercice 2017/18 et les projets du groupe Tereos. Dans un contexte mondial du cours du sucre en recul de 25 % en un an, Tereos annonce un chiffre d’affaires à 5 mds€ (+ 19 % en deux ans), pour un résultat net en fort recul, à – 18 M€. Le premier groupe sucrier français devient le 2è à l’échelle mondiale (derrière Südzucker) avec une production de sucre de 5,3 Mt (+ 26 %) : un record porté notamment par une excellente campagne au Brésil et à un fonctionnement des outils industriels européens à pleine capacité.

Devenir un des leaders du sucre bio
Le groupe, déjà présent sur le marché du sucre bio, annonce son ambition de devenir à terme “un des leaders dans la distribution de sucre bio en Europe”. Dès 2019, le groupe démarrera la production de sucre bio de betterave en France, et de sucre bio de canne au Brésil et au Mozambique. Tereos compte également innover pour répondre aux attentes des consommateurs en proposant par exemple de nouvelles formulations sucrantes : un produit naturel issu du blé, un nouveau sirop à haute teneur en fructose…

Protéines de blé, amidon
Si le sucre représente 46 % de l’activité du groupe, ce dernier cherche à poursuivre sa diversification : alcool (15 %), autres produits sucrants (11 %), protéines (7 %), amidons (6 %) ou nutrition animale (5 %). Tereos souhaite se positionner au mieux pour bénéficier de la croissance des marchés émergents. Ainsi, un nouveau centre de recherche et développement sera inauguré à Singapour à l’automne 2018.

Une ouverture de capital d’ici à trois ans
Après avoir redessiné, début 2018, l’organisation du groupe, Tereos compte poursuivre sa transformation. La fusion des 12 coopératives en une coopérative unique réunissant les 12000 associés coopérateurs n’était donc qu’une première étape. Le groupe étudie actuellement la possibilité d’ouvrir son capital. Si aucune précision n’a été donnée sur le contenu de cette stratégie, le projet pourrait être bouclé d’ici deux à trois ans.

Et aussi

Comparateuragricole.com propose un contrat « prix minimum garanti » Deux ans après son lancement, le site Comparateuragricole.com propose, dès le mois d'août, de nouvelles fonctionnalités. « Nous proposons aux util...
Terre Comtoise (25) renforce son activité machinisme en Haute-Saône La coopérative Terre comtoise a conclu le 14 mai, le rachat des établissements Passemard, spécialisés dans le machinisme agricole en Haute-Saône. En p...
Bonne nouvelle, les marchés repartent à la hausse ! Les soubresauts des marchés céréaliers français ces dernières semaines sont un bon signe pour les mois à venir. « Cette volatilité annonce l'entré...