Les Culturales 2018 du côté des producteurs de fertilisants

Lors des Culturales qui se sont tenues à l'Isle-Jourdain (31) les 6 et 7 juin, les gammes à base de biostimulants et à destination du bio étaient à l'honneur chez les producteurs d'engrais de spécialité.

Par Julia Landrieu - Publié le 12/06/2018

Angibaud – Des demandes d’AMM en cours
« Dans cinq ans, les biostimulants seront un pilier de notre développement », souligne Gilles Nivelet, directeur développement. L’entreprise a déposé des demandes d’autorisations de mise sur le marché sur plusieurs types de produits : acides fulviques, acides aminés, extraits d’algues.
« Dans le Sud-Ouest, il existe un marché du maïs bio en développement qui a besoin de biostimulants », poursuit le dirigeant. En Bio, Angibaud vient aussi de lancer son produit Geogreen, en phase de pré-commercialisation, destiné à la vigne, l’arboriculture et au maraîchage.

Tradecorp – Priorité au stress hydrique

Tradecorp vient de lancer Phylgreen Atlas, une solution liquide à base d’extraits d’algues destinée à la vigne et l’arboriculture. Le produit contient du bore, du molybdène, du magnésium et du soufre qui stimulent la floraison et la nouaison. « Phylgreen atlas augmente aussi la tolérance aux stress abiotiques au stade de la mise à fruits. Chez les producteurs, le stress hydrique devient la première de leurs préoccupations », estime Luc Divais, chef de marché biostimulants France et Suisse chez Tradecorp. Avec sa certification Ecocert, le produit est utilisable en agriculture biologique.

Arysta – Objectif 20 % de biostimulants en 2020
Arysta mettait en avant la complémentarité de ses solutions, tant en protection des plantes qu’en nutrition. « Nous avons une palette complète de solutions allant du traitement de semences jusqu’au traitement du grain, aussi bien en fongicides qu’en biostimulants », explique Nicolas Lemonnier, chef de marchés céréales, maïs, pommes de terre et lin chez Arysta. Le biostimulant à base d’algues, Goactiv, finit sa première année de commercialisation. « Nous souhaitons que les biostimulants représentent 20 % de notre porte-feuille produits à l’horizon 2020 et nous comptons diversifier l’origine des produits, en biostimulants et biocontrôle. »

Plantin – Elargir la gammes aux grandes cultures
« Nous étions historiquement tournés vers les cultures spécialisées, mais nous avons adapté notre catalogue aux grandes cultures », explique Julie Kiriaque, commercial Sud-ouest pour Plantin. En témoigne le lancement sur cette campagne de Planstar Evolutionn un micro-granulé starter auquel est ajouté une préparation microbienne. L’entreprise s’est adossée à Lallemand, spécialisés dans les micro-organismes, pour intégrer ces technologies à sa gamme.

 

Et aussi

Résistances aux phytos : un état des lieux en temps réel Les résistances aux produits phytosanitaires progressent… mais sont sous surveillance ! Le réseau de réflexion et de recherches sur les résistances au...
Seco fertilisants : dernière chance avant la liquidation Ça passe… Ou ça casse ! En redressement judiciaire depuis le 17 avril, le fabricant d'engrais Seco fertilisants saura le 26 juin, au tribunal de Lille...
Mas Seeds fédère autour du tournesol   A la veille des Culturales, Mas Seeds a organisé le 5 juin un évènement à destination de ses partenaires distributeurs autour de la filière ...